Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

RDC : Tshisekedi, les 100 jours d’un président qui ne gouverne pas totalement

INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Une détente politique évidente, des initiatives fortes mais pas de vraie décision régalienne, à commencer par le choix d’un Premier ministre: tel apparaît le bilan des 100 premiers jours du nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, entravé par un accord de coalition avec son prédécesseur Joseph Kabila.

Le climat politique s’est apaisé depuis l’investiture le 24 janvier de M. Tshisekedi, proclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 30 décembre. Factuellement, il s’agit de la première transmission pacifique du pouvoir dans l’histoire agitée de la RDC.

Cette première alternance sans effusion de sang a rassuré la communauté internationale, mais son résultat est contesté par l’autre opposant Martin Fayulu qui revendique la victoire avec 60% des voix. L’Eglise catholique lui donne raison, sur la foi des procès-verbaux de ses 40.000 observateurs déployés dans les bureaux de vote le jour du scrutin.

Impensable sous la présidence Kabila, les manifestations de l’opposition autour de M. Fayulu pour la “vérité des urnes” sont aujourd’hui autorisées et encadrées, et même diffusées à la télévision publique (RTNC).

M. Fayulu a néanmoins été convoqué par la justice pour ses déclarations dimanche appelant à la démission de M. Tshisekedi, qui s’est engagé encore vendredi à défendre la liberté de la presse.

Le patron de la redoutable Agence nationale de renseignements (ANR) Kalev Mutond a été remplacé au point de se plaindre auprès de l’AFP des pressions présumées de son successeur sur une chaîne de télévision pro-Kabila.

Des prisonniers du mouvement citoyen Filimbi ont été libérés. La justice congolaise a annulé la condamnation à trois ans de prison de l’opposant en exil Moïse Katumbi puis a abandonné des poursuites à l’encontre de ses gardes du corps dans une affaire de recrutement présumé de mercenaires.

Des poursuites judiciaires ont été lancées contre des policiers impliqués dans des répressions d’une manifestion d‘étudiants. Soupçonnés de corruption, des mandataires d’entreprises publiques et le ministre des Affaires foncières ont été suspendus.

Depuis sa prise de fonction, le président Tshisekedi a multiplié les déplacements, d’abord à l’étranger et puis dans les provinces.

‘Déboulonner le système dictatorial’

Il a été reçu aux Etats-Unis, dont l’ambassadeur à Kinshasa ne lui ménage pas les signes de soutien.

“Je suis là pour déboulonner le système dictatorial qui était en place”, a lancé M. Tshisekedi à Washington. Des propos publiquement dénoncés par la coalition pro-Kabila du Front commun pour le Congo (FCC), qui dispose d’une vaste majorité au Parlement.

A l’intérieur, M. Tshisekedi travaille son image de président-bâtisseur dans le plus vaste pays d’Afrique sub-saharienne qui manque d’infrastructures. Des travaux ont été lancés à Kinshasa et dans des provinces dans le cadre de ces cent premiers jours.

Lors d’un déplacement dans le Nord-Kivu, M. Tshisekedi a dénoncé et menacé les responsables politiques qui manipulent les groupes armés. Il n’a cependant pas mis en œuvre sa promesse de campagne : déménager l’Etat major dans l’Est congolais où des dizaines de milices menacent les civils.

Le président congolais n’a pas non plus exercé le pouvoir régalien par excellence d’un chef de l’Etat à qui la Constitution donne beaucoup de pouvoir: nommer le Premier ministre.

La raison est simple. Il ne peut pas décider seul. Le chef de l’Etat a d’ailleurs rencontré deux fois son prédécesseur depuis son investiture. Son Premier ministre doit être en toute logique issu des rangs de la coalition pro-Kabila, ultra-majoritaire au Parlement, dans les assemblées provinciales et dans les gouvernorats des 26 provinces.

Pour les 100 premiers jours, “les points négatifs sont l’absence de gouvernement, peu de résultats en ce qui concerne la lutte contre la corruption”, résume Georges Kapiamba, président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj).

“Nous restons inquiets sur la question de la lutte contre la corruption (…) compte tenu de l’emprise des anciens gestionnaires de la République sur les institutions nationales et provinciales”, a réagi auprès de l’AFP Jonas Tshiombela, porte-parole du CLC, le collectif catholique qui avait appelé aux marches anti-Kabila de 2017 et 2018.

Signe des marges de manœuvre limitées du nouveau préside, la dépouille de son père, l’opposant historique Etienne Tshisekedi mort à Bruxelles le 1er février 2017, repose toujours en Belgique. Son fils avait pourtant promis une inhumation dès que possible au pays des ancêtres s’il était élu.

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

A clear political detente, strong initiatives but no real regal decision, starting with the choice of a prime minister: such appears the record of the first 100 days of the new president of the Democratic Republic of Congo, Felix Tshisekedi, hampered by a coalition agreement with his predecessor Joseph Kabila.

The political climate has calmed since the inauguration on January 24 of Mr. Tshisekedi, proclaimed winner of the presidential election of December 30. Actually, it is the first peaceful transmission of power in the troubled history of the DRC.

This first alternation without bloodshed has reassured the international community, but its result is disputed by the other opponent Martin Fayulu who claims victory with 60% of the vote. The Catholic Church gives him reason, on the faith of the minutes of his 40,000 observers deployed in polling stations on polling day.

Unthinkable under the Kabila presidency, opposition demonstrations around Fayulu for the "truth of the polls" are now authorized and supervised, and even broadcast on public television (RTNC).

Fayulu, however, was summoned by the courts for his statements on Sunday calling for the resignation of Tshisekedi, who pledged Friday to defend freedom of the press.

The boss of the dreaded National Intelligence Agency (ANR) Kalev Mutond has been replaced to the point of complaining to the AFP presumed pressures of his successor on a pro-Kabila TV channel.

Filimbi citizen movement prisoners were released. Congolese justice has overturned the sentence of three years in prison of the exiled opponent Moïse Katumbi and has dropped charges against his bodyguards in a case of alleged recruitment of mercenaries.

Legal proceedings have been launched against police officers involved in repression of a student demonstration. On suspicion of corruption, public company agents and the Minister of Land Affairs were suspended.

Since taking office, President Tshisekedi has increased his travels, first abroad and then in the provinces.

'Unbolt the dictatorial system'

He was received in the United States, whose ambassador in Kinshasa does not spare him the signs of support.

"I'm here to debunk the dictatorial system that was in place," Tshisekedi said in Washington. Publicly denounced by the pro-Kabila coalition of the Common Front for Congo (FCC), which has a large majority in Parliament.

Inside, Tshisekedi is working as president-builder in the largest country in sub-Saharan Africa that lacks infrastructure. Work has been started in Kinshasa and provinces in the first 100 days.

During a trip to North Kivu, Tshisekedi denounced and threatened politicians who manipulate armed groups. However, he did not implement his campaign promise: to move the headquarters to eastern Congo where dozens of militias threaten civilians.

The Congolese president has also not exercised the supreme power of par excellence of a head of state to whom the Constitution gives much power: appoint the Prime Minister.

The reason is simple. He can not decide alone. The head of state has also met twice his predecessor since his inauguration. His prime minister must logically come from the ranks of the pro-Kabila coalition, ultra-majority in Parliament, in the provincial assemblies and in the governorates of the 26 provinces.

For the first 100 days, "the negative points are the absence of government, few results in the fight against corruption", summarizes Georges Kapiamba, president of the Congolese Association for Access to Justice (Acaj ).

"We remain worried about the fight against corruption (...) given the hold of former managers of the Republic on national and provincial institutions," reacted to AFP Jonas Tshiombela, spokesman for the CLC, the Catholic collective that had called for the anti-Kabila marches of 2017 and 2018.

Sign of the limited margins of maneuver of the new president, the remains of his father, the historical opponent Etienne Tshisekedi died in Brussels on February 1, 2017, still rests in Belgium. His son had promised interment as soon as possible in the land of his ancestors if he were elected.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article