Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

RDC : la partition que pourrait jouer Moïse Katumbi qui rentre le 20 mai

INB1

Suite à l’abandon des poursuites judiciaires contre lui, l’opposant congolais en exil depuis 2016 a promis lundi de rentrer dans son pays natal le 20 mai. Un retour qui pourrait être fort bénéfique au président Tshisekedi cerné par le clan Kabila.

À Lubumbashi comme dans toute la RDC, le compte à rebours a déjà commencé. Ce, jusqu’au 20 mai prochain, date à laquelle l’avion transportant Moïse Katumbi atterrira à l’aéroport international de Luano à Lubumbashi. 

L’annonce a été faite par lui-même, l’ancien gouverneur de la province du Katanga. « Le 20 mai, je vais rentrer par avion à Lubumbashi », a déclaré Moïse Katumbi sur RFI. 

Ancien allié de l’ancien président Joseph Kabila, Moïse Katumbi avait rejoint l’opposition. Inculpé pour pour « atteinte à la sécurité intérieure de l‘État », pour avoir recruté des mercenaires et condamné à trois ans de prison pour spoliation d’immeuble, le président du club de football TP Mazembe avait quitté son pays le 20 mai 2016, officiellement pour des raisons médicales. 

Empêché de participer à la présidentielle de décembre 2018, Katumbi avait soutenu Martin Fayulu, lequel selon la commission électorale et la Cour constitutionnelle a échoué au profit de Félix Tshisekedi. 

Mais, c’est en « homme libre » que Katumbi rentra au bercail. En raison de l’abandon des poursuites contre lui. « La Cour de cassation, siégeant en matière de prise à partie (…) annule le jugement RP 7652 rendu le 21 juin 2016 par le tribunal de paix de Lubumbashi/Kamalondo », indiquait en avril dernier une décision du tribunal. 

Katumbi bientôt dans le camp Tshisekedi ?

Une décision salutaire rendue possible par des mesures prises par l’acteul chef de l‘État congolais, comme il l’avait promis lors de la campagne électorale. « Sous notre mandat, nous veillerons à garantir à chaque citoyen le respect de l’exercice de ses droits fondamentaux », avait promis Félix Tshisekedi. 

« Il y a des choses positives que Félix Tshisekedi est en train de faire. Par exemple la liberté d’expression dans notre pays, la libération d’anciens prisonniers politiques, la suppression des cachots aux services de renseignements. Donc il y a de bonnes choses », a indiqué Moïse Katumbi. 

Des propos qui semblent aux antipodes de l’attitude dégagiste de Martin Fayulu qui, revendiquant la victoire (61 % des voix, selon lui), continue de contester la légitimité de Tshisekedi. 

L’ancien cadre d’Exxxon Mobil pourrait ainsi perdre un allié de taille. Au grand profit de Tshisekedi qui, cerné au niveau de toutes les institutions ou presque par le camp de l’ancien président, pourrait surfer sur la popularité et le carnet d’adresses du natif de Kashobwe pour bien « prendre son autonomie » vis-à-vis du clan de son prédécesseur, comme lui avait conseillé le président français Emmanuel Macron. 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

Following the abandonment of the lawsuits against him, the Congolese opponent in exile since 2016 has promised Monday to return to his native country on May 20. A return that could be very beneficial to President Tshisekedi surrounded by the Kabila clan.

In Lubumbashi, as in all the DRC, the countdown has already begun. This until May 20, when the plane carrying Moses Katumbi will land at Luano International Airport in Lubumbashi.

The announcement was made by himself, the former governor of Katanga province. "On May 20, I will fly back to Lubumbashi," said Moïse Katumbi on RFI.

Former ally of former President Joseph Kabila, Moïse Katumbi joined the opposition. Indicted for "undermining the internal security of the state", for recruiting mercenaries and sentenced to three years in prison for theft of property, the president of the football club TP Mazembe left his country on May 20, 2016, officially for medical reasons.

Prevented from participating in the presidential election of December 2018, Katumbi had supported Martin Fayulu, who according to the electoral commission and the Constitutional Court failed in favor of Felix Tshisekedi.

But it is in "free man" that Katumbi returned to the fold. Due to the discontinuation of the lawsuits against him. "The Court of Cassation, sitting in the matter of taking party (...) cancels the judgment RP 7652 rendered on June 21, 2016 by the Lubumbashi / Kamalondo court of justice," said last April a court decision.

Katumbi soon in Tshisekedi camp?

A salutary decision made possible by measures taken by the acted head of the Congolese state, as he had promised during the election campaign. "Under our mandate, we will ensure that every citizen respects the exercise of their fundamental rights," promised Felix Tshisekedi.

"There are positive things that Felix Tshisekedi is doing. For example, freedom of expression in our country, the release of former political prisoners, the elimination of dungeons at the intelligence services. So there are good things, "said Moses Katumbi.

Words that seem diametrically opposed to the dismissive attitude of Martin Fayulu who, claiming victory (61% of votes, according to him), continues to challenge the legitimacy of Tshisekedi.

The former executive of Exxxon Mobil could lose a major ally. To the great benefit of Tshisekedi who, surrounded by almost all institutions by the camp of the former president, could surf the popularity and the address book of the native Kashobwe to "take his autonomy" vis-à-vis of his predecessor's clan, as French President Emmanuel Macron had advised him.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article