Grève générale au Soudan : une vendeuse de rue tuée dans une fusillade

INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

INB1

La tension est montée d’un cran au Soudan qui vivait ce mercredi le deuxième jour d’une grève générale initiée par les manifestants qui ont obtenu le départ du dirigeant de longue date Omar el-Béchir. Selon un syndicat des acteurs de la santé qui s’est confié à l’Associated Press, une vendeuse de rue a été tuée dans une fusillade entre forces de sécurité.

Aucun détail n’a été communiqué sur les raisons des affrontements qui se sont déroulés dans la capitale Khartoum, même si le syndicat reconnaît que la vendeuse a été « tuée » par erreur. Plusieurs manifestants ont par ailleurs été blessés, ajoute le syndicat. L’information n’a pas été confirmée par une source indépendante, et les autorités militaires actuellement au pouvoir au Soudan n’ont, quant à elles, pas encore réagi à propos.

Cette nouvelle poussée de fièvre intervient alors que des milliers de Soudanais ont poursuivi ce mercredi le second jour d’une grève générale qui touche quasiment tous les secteurs d’activités du pays, dont le Port-Soudan, pôle économique vital du pays.

Galvanisés par l’Association des professionnels du Soudan – aux avants postes de la révolution qui a vu partir l’ancien président Omar el-Béchir – les manifestants espèrent ainsi obtenir du Conseil militaire la passation du pouvoir à une autorité civile. Et ce d’autant que, jusque-là, le dialogue initié entre manifestants et le pouvoir militaire demeure dans l’impasse.

 

 

 

( ENGLISH ) 

 

 

Tension rose in Sudan on Wednesday, the second day of a general strike initiated by protesters who had the departure of longtime leader Omar al-Bashir. According to a syndicate of health actors who told The Associated Press, a street vendor was killed in a shootout between security forces.

No details were provided about the reasons for the clashes that took place in the capital Khartoum, even though the union acknowledges that the saleswoman was "killed" by mistake. Several protesters were also injured, adds the union. The information has not been confirmed by an independent source, and the military authorities currently in power in Sudan have not yet reacted appropriately.

This new outbreak of fever comes as thousands of Sudanese continued this Wednesday the second day of a general strike that affects virtually all sectors of the country, including Port Sudan, vital economic center of the country.

Galvanized by the Association of Professionals of Sudan - the forefront of the revolution that saw the departure of former President Omar al-Bashir - the protesters hope to get the Military Council the transfer of power to a civilian authority. And especially since, until then, the dialogue initiated between protesters and the military power remains deadlocked.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article