Côte d'Ivoire : acquitté par la CPI, Blé Goudé se dit prêt au dialogue avec le régime Ouattara

INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Charles Blé Goudé, l’ex sulfureux chef des Jeunes Patriotes accusé de crimes contre l’humanité puis acquitté en première instance par la CPI, assure ne pas vouloir être candidat à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, et espère un retour de Laurent Gbagbo, dans un entretien exclusif à l’AFP.

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, aussi accusé de crimes contre l’humanité avant d‘être acquitté, et Blé Goudé ont été libérés sous conditions, dont l’obligation de résider dans un Etat membre de la Cour pénale internationale, en attendant un éventuel procès en appel.

Gbagbo réside désormais à Bruxelles mais Blé Goudé est toujours aux Pays-Bas, la Belgique et les autres pays ayant refusé d’accueillir l’ex chef des Jeunes patriotes, après avoir accepté son mentor.

“Je ne suis candidat à rien en 2020 (la présidentielle ivoirienne de 2020). C’est un devoir de ramener la paix en Côte d’Ivoire. Voilà la campagne que je veux engager” assure Blé Goudé, sanglé dans une chemise pagne bleu ciel et coiffé d’un chapeau de cow-boy.

Il a le droit de s’exprimer publiquement mais il a interdiction d‘évoquer son dossier en cours. Il ne porte pas de bracelet électronique et a le droit de recevoir des visiteurs. Il est surveillé et protégé par deux policiers en civil, très discrets dans un hôtel de la Haye.

“La prison a été un professeur pour moi et je veux partager cette expérience pour dire qu’il faut prévenir les conflits. Je veux jouer ce rôle dans mon pays”, assure Charles Blé Goudé, 47 ans.

Durant ses cinq ans de prison à la Haye, il assure avoir reçu en cadeau un demi-million de livres et 200 DVD, et avoir fréquemment joué au football avec l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté après 10 ans de détention. Il aussi amélioré ses talents culinaires, en préparant souvent la sauce graine au riz, un plat très prisé en Côte d’Ivoire.

“Je veux rentrer (en Côte d’Ivoire) pour participer à la paix et à la reconstruction de mon pays. A la réconciliation”, affirme-t-il.

Surnommé le “général des rues” pour sa capacité à mobiliser les partisans de l’ex-président ivoirien, Charles Blé Goudé est un des membres les plus controversés du clan Gbagbo.

Les Jeunes patriotes, mouvement pro-Gbagbo extrêmement violent, critiquait souvent l’actuel président ivoirien Alassane Ouattara, la France et l’ONU.

Ses détracteurs et les ONG internationales le considèrent comme un de ceux qui ont contribué à la montée de la tension en Côte d’Ivoire depuis l’arrivée au pouvoir de Gbagbo et l‘émergence de la rébellion des Forces nouvelles qui occupe le nord.

Un climat anti-français et anti-médias est de plus en plus développé par le pouvoir et les Jeunes patriotes. Le correspondant de RFI Jean Hélène est tué par un policier en 2003, un autre journaliste, Guy-André Kieffer, est toujours porté disparu.

En novembre 2004, Blé Goudé lance ses partisans à l’assaut des blancs vivant à Abidjan, provoquant la fuite de milliers d’entre eux, évacués dans la précipitation par la France.

Ensuite, plus de 3.000 personnes sont tuées pendant la crise post-électorale entre décembre 2010 et avril 2011. On lui attribue souvent le slogan “A chacun son blanc”, qui appelait à la chasse des étrangers blancs de peau, notamment les Français.

“J’ai été victime de propagande. J’ai demandé qu’on me produise un seul son qui n’ait jamais venu étayer cette propagande”, répond-il aujourd’hui. Il rappelle ensuite qu’il a interdiction d‘évoquer le dossier de la CPI.

“Non ! Je ne suis pas un anti français” (…) Il faut aujourd’hui une relation gagnant-gagnant dans les relations France-Afrique”, ajoute-t-il.

Au sujet de ses rapports avec Laurent Gbagbo dont le parti, le FPI est divisé en deux camps : “il faut que le président Gbagbo retourne en Côte d’Ivoire. Son retour pourrait être salvateur pour la paix sociale en Côte d’Ivoire. C’est un rassembleur, je pense qu’il a encore un rôle à jouer en Côte d’Ivoire”.

>>> LIRE AUSSI : Alassane Ouattara : Je peux me représenter si je le souhaite
L’ex chef des Patriotes est pessimiste quant à la présidentielle de 2020 : “On va droit dans le mur. Les facteurs qui ont conduit à la crise postélectorale en 2010 sont deux fois plus réunis. Le bloc qui est arrivé au pouvoir est aujourd’hui divisé en trois. L’aile militaire avec Guillaume Soro et l’aile politique avec Bédié. Ouattara est isolé”.

“De l’autre côté l’opposition qui n’est pas homogène. Ce sont ces même problèmes (la fixation sur un fauteuil présidentiel) qui ont conduit à la crise post électorale de 2010”, estime-t-il.

Il propose que tous les “protagonistes au complet” initient “une campagne de paix” auprès des Ivoiriens.

Blé Goudé se dit prêt au dialogue avec le régime qui l’a envoyé en prison. “Je me veux un homme d’Etat (…). Je suis prêt à parler avec tout le monde, et je demande à mes partisans de le comprendre ainsi. Et au delà de mes partisans, je demande aux Ivoiriens de le comprendre”, affirme-t-il.

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

Charles Blé Goudé, ex sulphurous leader of the Young Patriots accused of crimes against humanity and acquitted at first instance by the ICC, says he does not want to be a presidential candidate of 2020 in Côte d'Ivoire, and hopes a return of Laurent Gbagbo, in an exclusive interview with AFP.

Former Ivorian President Laurent Gbagbo, also charged with crimes against humanity before being acquitted, and Blé Goudé were released on bail, including the requirement to reside in a member state of the International Criminal Court, pending a possible appeal trial.

Gbagbo now resides in Brussels but Blé Goudé is still in the Netherlands, Belgium and other countries have refused to host the former leader of the Young Patriots, after accepting his mentor.

"I am not a candidate for anything in 2020 (the Ivorian presidential election of 2020). It is a duty to bring peace to Côte d'Ivoire. That's the campaign I want to engage, "says Blé Goudé, strapped into a sky-blue loincloth shirt and wearing a cowboy hat.

He has the right to speak publicly but he is forbidden to discuss his current file. He does not wear an electronic bracelet and has the right to receive visitors. He is watched and protected by two plainclothes policemen, very discreet in a hotel in The Hague.

"The prison has been a teacher for me and I want to share this experience to say that we need to prevent conflict. I want to play this role in my country, "says Charles Blé Goudé, 47 years old.

During his five years in prison in The Hague, he claims to have received half a million books and 200 DVDs, and to have frequently played football with former Congolese vice-president Jean-Pierre Bemba, acquitted after 10 years of detention. He also improved his culinary skills, often preparing the rice seed sauce, a very popular dish in Ivory Coast.

"I want to return (in Côte d'Ivoire) to participate in the peace and reconstruction of my country. To reconciliation, "he says.

Nicknamed the "street general" for his ability to mobilize supporters of the former Ivorian president, Charles Blé Goudé is one of the most controversial members of the Gbagbo clan.

The Young Patriots, an extremely violent pro-Gbagbo movement, often criticized current Ivorian President Alassane Ouattara, France and the UN.

Critics and international NGOs consider him to be one of those who have contributed to the escalation of tension in Côte d'Ivoire since Gbagbo came to power and the emergence of the Forces nouvelles rebellion in the north.

An anti-French and anti-media climate is increasingly developed by the power and the Young Patriots. The correspondent of RFI Jean Hélène is killed by a police officer in 2003, another journalist, Guy-André Kieffer, is still missing.

In November 2004, Blé Goudé launched his supporters to attack the white living in Abidjan, causing the flight of thousands of them, evacuated in a hurry by France.

Then, more than 3,000 people are killed during the post-electoral crisis between December 2010 and April 2011. It is often attributed the slogan "To each his white", which called for the hunting of foreign skin white, including the French.

"I was a victim of propaganda. I asked that I produce a single sound that has never come to support this propaganda, "he answers today. He goes on to say that he is prohibited from referring to the ICC file.

"No ! I'm not an anti-French "(...) Today we need a win-win relationship in France-Africa relations," he adds.

On his relationship with Laurent Gbagbo, whose party, the FPI is divided into two camps: "President Gbagbo must return to Côte d'Ivoire. His return could be a saving for social peace in Côte d'Ivoire. He is a convener, I think he still has a role to play in Côte d'Ivoire. "

>>> READ ALSO: Alassane Ouattara: I can imagine myself if I wish
The former head of the Patriotes is pessimistic about the presidential 2020: "We go straight into the wall. The factors that led to the post-election crisis in 2010 are twice as strong. The bloc that came to power is today divided into three. The military wing with Guillaume Soro and the political wing with Bédié. Ouattara is isolated ".

"On the other side the opposition is not homogeneous. It is these same problems (the fixation on a presidential chair) that led to the post-election crisis of 2010, "he says.

He proposes that all "protagonists in full" initiate "a campaign of peace" with Ivorians.

Blé Goudé says he is ready for dialogue with the regime that sent him to prison. "I want myself a statesman (...). I'm ready to talk to everyone, and I'm asking my supporters to understand that. And beyond my supporters, I ask Ivorians to understand, "he says.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article