Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

RDC: la police accusée d’exécutions extrajudiciaires

INB1

INB1

Human Rights Watch ( HRW ) a accusé la police congolaise, d’avoir exécuté sommairement au moins 27 personnes, dont certaines étranglées et mutilées lors de la répression des gangs dans la capitale Kinshasa l’année dernière.

La police en République démocratique du Congo  (RDC) a démenti les allégations qui figuraient dans un rapport publié jeudi, par le groupe de défense des droits basé aux États-Unis. 

Le rapport basé sur des entretiens avec près de 80 témoins, des membres de la famille des victimes, des responsables de la sécurité et d’autres personnes, ajoute aux allégations précédentes, selon lesquelles, la police de Kinshasa aurait exécuté des membres présumés de gangs. 

Le président Felix Tshisekedi , qui a prêté serment le mois dernier, a promis de mettre fin aux violations des droits humains, commises par les forces de sécurité congolaises, qu’il a souvent critiquées pendant le mandat de son prédécesseur, Joseph Kabila.

Le chef de la police de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, accusé dans le rapport d’être impliqué de près dans l’opération, a nié que cela soit arrivé. Il a qualifié le rapport de “falsification” et a déclaré que “ces accusations sont fausses”, contacté par l’agence de presse DPA. “La police à Kinshasa n’a pas tué de personnes. 

Nous les arrêtons et les traduisons devant la justice. Nous ne faisons pas de meurtres”, a-t-il déclaré à l’agence de presse Reuters. Selon le rapport, la police aurait mené l’opération Likofi IV, signifiant “poing de fer” ou “coup de poing” en langue lingala locale, entre mai et décembre 2018.

 

( ENGLISH ) <<>>

 

Human Rights Watch (HRW) has accused Congolese police of summarily executing at least 27 people, some of whom were strangled and mutilated during the crackdown on gangs in the capital Kinshasa last year.

Police in the Democratic Republic of Congo (DRC) denied allegations in a report released Thursday by the US-based rights group.

The report, based on interviews with close to 80 witnesses, relatives of the victims, security officials and others, adds to previous allegations that Kinshasa police allegedly executed suspected gang members .

President Felix Tshisekedi, who was sworn in last month, pledged to end human rights abuses by Congolese security forces, which he often criticized during the tenure of his predecessor, Joseph Kabila.

The police chief of Kinshasa, General Sylvano Kasongo, accused in the report of being closely involved in the operation, denied that this happened. He called the report "falsified" and said "these accusations are false", contacted by the DPA news agency. "The police in Kinshasa did not kill people.

We stop them and bring them to justice. We do not kill, "he told the Reuters news agency. According to the report, the police reportedly carried out Operation Likofi IV, meaning "fist of iron" or "punch" in local Lingala language, between May and December 2018.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article