Nigéria: des groupes armés se disputent les candidats et menacent de faire violence

INB1
INB1
INB1

INB1

Les rebelles armés du Nigeria dans la région du sud, riche en pétrole du Delta du Niger, se sont engagés à paralyser l’économie du pays, si le président Muhammadu Buhari est réélu et menacent de faire violence en cas de victoire de Buhari.

Le Niger Delta Avengers (NDA) a déclaré dans un communiqué jeudi, qu’il espérait changer le régime de Buhari, lors de l’élection de samedi. Les analystes estiment que la menace ne devrait pas être écartée, compte tenu du pedigree du groupe. « La menace peut être très réelle, compte tenu du fait que le groupe a commis de tels actes dans le passé », a déclaré à Al Jazeera , Amaechi Nwaokolo,  analyste en matière de sécurité, estimant que « le gouvernement doit s’assurer que l’élection soit crédible. Cela ne doit pas être manipulé ». Le groupe armé a déclaré que son candidat préféré était le principal candidat de l’opposition, Atiku Abubakar.

Approbation de la faction
Une faction de la NDA dans la région du sud, a approuvé cependant mercredi, la candidature de Buhari à sa réélection. Ebikabowie Ben, porte-parole du groupe, a déclaré que sa décision de soutenir le président pour sa réélection était due à sa détermination à développer la région productrice de pétrole (le Delta du Niger).

« Le gouvernement s’est engagé de manière stratégique en responsabilisant l’économie locale en le protégeant des effets néfastes du raffinage illégal et en signant des accords d’investissement dans des raffineries modulaires dans la région du delta du Niger. C’est la bonne voie à suivre », a déclaré Ebikabowie. Certains observateurs indiquent que, le fait que des groupes armés prennent parti pour des candidats n’est pas vraiment bon signe pour le processus électoral, dans ce grand pays d’Afrique de l’Ouest, déjà en proie à la menace des islamistes de Boko Haram.

Craintes de sécurité
Les analystes préviennent que les prochaines élections présidentielle et législatives pourraient être l’une des plus sanglantes de l’histoire du pays. En 2011, la violence électorale avait coûté la vie à près de 1 000 personnes, dans le nord du pays, à la suite de la défaite de  Buhari  par le président par intérim, Goodluck Jonathan.

Mais, pour les observateurs, les décisions prises par les groupes armés pourraient ne pas affecter les sondages. Selon eux, ces endossements et contre-endossements constituent une menace pour la conduite des élections, surtout que la NDA a montré ses capacités par le passé, elle pourrait être en mesure de causer des ravages.

Crise pétrolière
Le Nigeria est la plus grande économie d’Afrique et le pétrole représente l’essentiel des recettes en devises du pays. La NDA était à l’origine d’une vague de violence de 2016, qui a contribué à faire sombrer le Nigéria en récession. Les attaques du groupe armé ont réduit la production de pétrole de l’OPEP.

Selon le bureau national des statistiques du pays, en 2016, la NDA a saboté pendant des mois, les infrastructures pétrolières du Nigeria, par des bombardements, qui ont forcé la production à passer de 2,2 millions de barils par jour à 1,4 million de barils par jour, paralysant sérieusement l’économie du pays.

 

( ENGLISH ) <<>>

 

Nigeria's armed rebels in the oil-rich southern region of the Niger Delta have pledged to cripple the country's economy if President Muhammadu Buhari is re-elected and threaten to do violence if Buhari wins.The Niger Delta Avengers (NDA) said in a statement on Thursday that he hoped to change the Buhari regime in Saturday's election. Analysts believe that the threat should not be ruled out, given the pedigree of the group. "The threat can be very real, given that the group has committed such acts in the past," security analyst Amaechi Nwaokolo told Al Jazeera, saying "the government must ensure that the election is credible. It must not be manipulated. The armed group said its favorite candidate was the main opposition candidate, Atiku Abubakar.

Approval of the faction
A faction of the NDA in the southern region, however approved Wednesday Buhari's candidacy for reelection. Ebikabowie Ben, spokesman for the group, said his decision to support the president for his reelection was due to his determination to develop the oil-producing region (the Niger Delta).

"The government has made a strategic commitment to empowering the local economy by protecting it from the ill effects of illegal refining and by signing investment agreements in modular refineries in the Niger Delta region. This is the right way to go, "said Ebikabowie. Some observers say that the fact that armed groups take sides for candidates is not really a good sign for the electoral process, in this great country of West Africa, already prey to the threat of Islamists Boko Haram.

Fears of safety
Analysts warn that the upcoming presidential and legislative elections could be one of the bloodiest in the country's history. In 2011, electoral violence claimed the lives of nearly 1,000 people in the north, following the defeat of Buhari by Acting President Goodluck Jonathan.

But, for observers, decisions made by armed groups may not affect polls. According to them, these endorsements and counter-endorsements pose a threat to the conduct of the elections, especially since the NDA has shown its ability in the past, it may be able to wreak havoc.

Oil crisis
Nigeria is Africa's largest economy and oil accounts for most of the country's foreign exchange earnings. The NDA was at the root of a wave of violence in 2016, which sank Nigeria into a recession. The armed group's attacks have reduced OPEC's oil production.

According to the country's National Statistics Office, in 2016 the NDA sabotaged Nigeria's oil infrastructure by bombing for months, forcing production to drop from 2.2 million barrels per day to 1.4 million barrels a day, crippling the country's economy.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article