La campagne de Sarkozy a bien été financée par Kadhafi, nouvelles révélations de Mediapart

INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

L’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi avait accepté de verser près de 8 millions de dollars au profit de l’ancien président français Nicolas Sarkozy, pour financer sa campagne pour l’élection présidentielle de 2007, a confirmé l’ex-chef de renseignement libyen Mohamed Abdulla Senussi, aux autorités françaises, selon Mediapart.
Abdulla Senussi, qui était également le beau-frère du colonel libyen, a été interrogé par deux juges, dans le cadre de l’enquête en cours sur les liens financiers entre Kadhafi et Sarkozy, en particulier, dans le cadre, de la présidentielle de 2007 en France. 

Mediapart a déclaré avoir eu accès à des extraits des déclarations de l’ancien chef des services de renseignement libyens, qui aurait expliqué aux autorités françaises, comment il avait supervisé le paiement de plusieurs millions de dollars pour la campagne de Sarkozy, à la demande du colonel Kadhafi.

Senussi a également confirmé que, dans le cadre de cet accord, l’avocat personnel de l’ancien président français, Thierry Herzog, avait tenté de faire obstruction à un mandat d’arrêt international émis à l’encontre de Senussi, après sa condamnation par contumace par un tribunal parisien pour son rôle dans l’explosion d’un avion de ligne français en 1989. “L’avocat de Sarkozy m’a rendu visite avec des familles des victimes de l’attentat. Après cela, Sarkozy lui-même m’a assuré que mon cas serait réglé en France dans dix mois », aurait-il déclaré aux juges. L’ancien espion a ajouté que l’ancien président français avait par la suite, ordonné des frappes aériennes sur son domicile, pour détruire des éléments de preuve, susceptibles de le mettre en cause à l’avenir.

« Il n’y a pas la moindre preuve »
L’année dernière, Sarkozy est apparu à la télévision aux heures de grande écoute pour rejeter les accusations de financement libyen illégal après son interpellation et sa mise en examen officiel en tant que suspect dans l’affaire, affirmant que ces accusations lui rendaient la vie “infernale”. “Il n’y a pas la moindre preuve,” a déclaré Sarkozy, visiblement bouleversé, lors d’une interview accordée au journal télévisé en soirée, qui a eu lieu en mars dernier, affirmant qu’il n’avait fait l’objet d’une enquête que pour avoir reçu 38 000 euros (43 000 USD), pour une valeur de 0,0018% de son budget total de campagne.

Cependant, la dernière déclaration de Senussi serait également en train de préciser le délai dans lequel l’argent a été transféré à l’ancien ministre français de l’Intérieur en deux tranches en 2006. Selon Mediapart , le témoignage de Senussi correspond à certains des éléments de preuve déjà rassemblés par les enquêteurs, d’autres détails doivent encore être vérifiés. Sarkozy, après avoir organisé une réception avec le tapis rouge de Kadhafi à Paris fin 2007, a accueilli les rebelles libyens en 2011, et est devenu l’un des principaux défenseurs d’une campagne menée par l’OTAN, qui a finalement abouti à l’éviction et à l’assassinat de Kadhafi.

Un habitué des faits
L’ancien président n’est pas étranger à la controverse; poursuivi depuis des années par des accusations d’actes répréhensibles, il conteste actuellement une ordonnance de mise en jugement pour dépassement des dépenses illicites au cours de sa campagne ratée de 2012. L’un des nombreux facteurs qui ont joué dans la victoire à la présidentielle de mai 2017 de Emmanuel Macron, âgée de 40 ans, était la promesse d’une rupture nette avec la politique française traditionnelle, souvent entachée d’accusations de corruption.

Son prédécesseur, Jacques Chirac, a été jugé et condamné en 2011, pour avoir détourné des fonds publics et pour avoir gardé des amis politiques dans des emplois fantômes. Il est ainsi devenu le premier chef d’État français, à être reconnu coupable d’un crime, depuis le collaborateur nazi Marshall Philippe Petain en 1945.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

Former Libyan dictator Muammar Gaddafi has agreed to pay nearly $ 8 million to former French President Nicolas Sarkozy to finance his campaign for the 2007 presidential election, confirmed the former Libyan chief of intelligence Mohamed Abdulla Senussi, to the French authorities, according to Mediapart.
Abdulla Senussi, who was also the brother-in-law of the Libyan colonel, was interrogated by two judges, as part of the ongoing investigation into the financial ties between Gaddafi and Sarkozy, in particular, in the framework of the presidential election. 2007 in France.

Mediapart said it had access to excerpts from the statements of the former head of Libyan intelligence, who allegedly explained to the French authorities, how he had overseen the payment of several million dollars for the campaign Sarkozy, at the request of the Colonel Gaddafi.

Senussi also confirmed that, under the terms of the agreement, former French President Thierry Herzog's personal lawyer had tried to obstruct an international arrest warrant issued against Senussi after his conviction. in absentia by a Paris court for his role in the explosion of a French airliner in 1989. "Sarkozy's lawyer visited me with families of the victims of the attack. After that, Sarkozy himself assured me that my case would be settled in France in ten months, "he told the judges. The former spy added that the former French president had subsequently ordered air strikes on his home, to destroy evidence, likely to question it in the future.

"There is not the slightest evidence"
Last year, Sarkozy appeared on prime-time television to reject allegations of illegal Libyan financing after his arrest and his official indictment as a suspect in the case, claiming that the charges were giving him back his life. "infernal". "There is not the slightest evidence," Sarkozy said, visibly upset, in an interview with the evening newscast last March, saying he had not been than for receiving 38,000 euros (43,000 USD), for a value of 0.0018% of its total campaign budget.

However, Senussi's latest statement would also be clarifying the time frame in which the money was transferred to the former French Interior Minister in two installments in 2006. According to Mediapart, Senussi's testimony corresponds to some of the evidence already gathered by the investigators, further details still need to be verified. Sarkozy, after organizing a reception with Gaddafi's red carpet in Paris at the end of 2007, hosted the Libyan rebels in 2011, and became one of the main supporters of a NATO-led campaign, which eventually led to the ouster and assassination of Gaddafi.

A regular of the facts
The former president is no stranger to the controversy; prosecuted for years by accusations of wrongdoing, he is currently challenging a trial order for exceeding illicit spending during his failed campaign of 2012. One of the many factors that played in the victory in the presidential election May 2017 Emmanuel Macron, aged 40, was the promise of a clear break with traditional French politics, often tainted by accusations of corruption.

His predecessor, Jacques Chirac, was tried and sentenced in 2011 for embezzling public funds and keeping political friends in ghost jobs. He thus became the first French head of state, to be found guilty of a crime, since the Nazi collaborator Marshall Philippe Petain in 1945.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article