Jamie Vardy punit le triste Everton alors que Leicester commence la nouvelle année en style gagnant

INB1

INB1

Claude Puel était censé être le manager sous pression de Goodison Park, mais Leicester City semble en mauvaise santé comparé à Everton de Marco Silva. Une cinquième défaite en huit matches, infligée par l’arrêt clinique de Jamie Vardy et un affichage de la maison épouvantable, signifiait que la nouvelle année arrivait avec un nouveau plus bas pour le manager d’Everton. Il a besoin d'idées neuves, pas seulement d'un nouvel attaquant, pour arrêter la diapositive.

Everton a été hué alors que Leicester savourait une troisième victoire en quatre matches et une septième place en Premier League. Les visiteurs étaient également pauvres, en vérité, mais capables d'exécuter leur plan de match pour contrecarrer et punir les erreurs éventuelles. L’équipe de Silva a offert beaucoup, celle de Michael Keane qui a conduit à la victoire de Vardy, alors que la régression hivernale s’approfondissait. Everton a gagné une fois depuis novembre, n’a pas maintenu sa feuille de match en huit matches et a le même nombre de points que lors de la phase équivalente de la dernière saison oubliée. Ils étaient nuls ici.

«Nous étions trop nerveux et anxieux sans raison», a déclaré Silva. «Nous jouons beaucoup dans une rangée sans nous reposer, mais ce n’est pas une excuse pour rater des choses simples comme passer le ballon. Lorsque vous jouez de cette façon avec des erreurs faciles, de mauvaises choses vous arrivent et c'est ce qui s'est passé avec le but que nous avons concédé. Nous leur avons donné la chance de faire ce pour quoi ils sont venus ici.

Le coup d'envoi anticipé du Nouvel An s'est révélé prévisible. L'atmosphère ressemblait à une mauvaise gueule de bois, avec un gémissement occasionnel brisant le silence, et la performance des deux équipes ne contribuant guère à le lever. La première moitié en particulier a été parsemée d’erreurs de base, bien qu’Everton ait créé les quelques occasions qui se présentaient avant la pause.

Jonny Evans a bloqué un tir de Richarlison et Jonjoe Kenny, l'un des rares atouts de Silva à la place de Séamus Coleman, ont frappé un poteau après s'être clairement connectés au centre du centre de Lucas Digne par la surface de réparation. L’arrière latéral a également mis en place Dominic Calvert-Lewin pour une tête puissante qui dépasse de loin l'objectif de Kasper Schmeichel.

Leicester menaçait encore moins en première période, malgré plusieurs invitations de la part de la distribution imprudente des hôtes. La tête apprivoisée d'Evans ne concernait que Jordan Pickford dans le but d'Everton et Puel cherchait à obtenir des améliorations en remplaçant Rachid Ghezzal par Marc Albrighton pendant l'intervalle. Comme on pouvait s’y attendre, étant donné la nature d’un jeu épouvantable, c’était une erreur qui offrait aux visiteurs un avantage décisif et non un changement de personnel.


The Fiver: inscrivez-vous et recevez notre email quotidien sur le football.
La percée découle d'une clairance de Schmeichel qui a échappé à la tête de Theo Walcott et a chuté à Keane à mi-chemin dans la moitié de Everton. Sans aucune pression, le défenseur central produisit une terrible première touche et une possession de talent pour Ricardo Pereira. Quality a ensuite fait son apparition tardive à Goodison. L'arrière droit portugais, placé sur l'aile gauche de Puel, a envoyé Vardy au but avec une passe parfaitement équilibrée. L'attaquant a profité pleinement de sa seule chance de jeu avec un tir bas dans le coin opposé.

Silva a fait appel à Bernard et Cenk Tosun pour tenter de rétablir la parité, mais à part un tir et une tête de ce dernier, Everton est resté léthargique, sans imagination et léger. Ils auraient pu être punis davantage lorsque Vardy s'est échappé d'une autre erreur de Keane et que le défenseur a échappé à une réclamation de handball à l'intérieur de la zone. Harry Maguire a également volé sur un coup franc de Ben Chilwell à seulement trois mètres. Ses rougeurs ont été quelque peu épargnées par un drapeau de hors-jeu, mais cet appel était également faux.

Interrogé sur des spéculations sur sa position à Leicester par la suite, Puel a répondu: «Ce n’est pas ce qui me préoccupe. Le plus important est de montrer notre qualité d’équipe et de club. Je suis juste une personne qui sert le club et je voudrais continuer à aider l'équipe et les joueurs.

«La spéculation, je ne peux pas avoir d'impact sur ça. La seule chose pour moi est de continuer mon travail. J'aime mon équipe et les jeunes joueurs. Ils ont fait de leur mieux aujourd'hui et nous devons rester concentrés sur notre objectif, car nous voulons être performants et améliorer constamment. Je répète: la première moitié de la saison a été bonne. La septième et les quarts de finale de la coupe [Carabao] ne sont pas mauvaises. ”

Match stats
Possession
39 61
LEI39EVE61%
Goal attempts
15
EvertonOff target
4
Leicester
2
EvertonOn target
4
Leicester
Corners
6
5
Fouls
5
6
Lineups
Everton
  • 1 Pickford
  • 43 Kenny
  • 4 Keane
  • 5 Zouma
  • 12 Digne 
  • 8 Andre Gomes 
  • 17 Gueye
  • 11 Walcott
  • 10 Sigurdsson
  • 30 Richarlison
  • 29 Calvert-Lewin
Substitutes
  • 3 Baines
  • 13 Mina
  • 14 Tosun (s 70') 
  • 20 Bernard (s 62')
  • 22 Stekelenburg
  • 23 Coleman
  • 26 Davies
Leicester
  • 1 Schmeichel
  • 2 Simpson
  • 6 Evans 
  • 15 Maguire
  • 3 Chilwell
  • 38 Choudhury
  • 24 Mendy
  • 25 Ndidi
  • 31 Ghezzal
  • 9 Vardy
  • 14 Ricardo Pereira
Substitutes
  • 4 Soyuncu
  • 7 Gray (s 90')
  • 10 Maddison
  • 11 Albrighton (s 46')
  • 12 Ward
  • 20 Okazaki
  • 28 Fuchs

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

Claude Puel was supposedly the manager under pressure at Goodison Park yet Leicester City appear in rude health compared with Everton under Marco Silva. A fifth defeat in eight matches, inflicted by Jamie Vardy’s clinical finish plus a dreadful home display, meant the new year arrived with a new low for the Everton manager. He needs fresh ideas, not only a new striker, to halt the slide.

Everton were booed off as Leicester savoured a third win in four matches and a rise to seventh in the Premier League. The visitors were poor too, in truth, but able to execute their gameplan to frustrate and punish any mistakes. Silva’s team offered plenty, Michael Keane’s the one that led to Vardy’s winner, as their winter regression deepened. Everton have won once since November, not kept a clean sheet in eight games and have the same points tally as at the equivalent stage of the last forgettable season. They were clueless here.

“We were too nervous and anxious without reason,” Silva said. “We are playing a lot of games in a row with no time to rest but that is not an excuse when you miss simple things like passing the ball. When you play in this way with easy mistakes, bad things come to you and that is what happened with the goal we conceded. We gave them the chance to do what they came here to do.”

An early kick-off on New Year’s Day brought predictably meagre fare. The atmosphere was akin to a bad hangover, with an occasional groan breaking the silence, and the performance of both teams did little to lift it. The first half in particular was littered with basic errors, although Everton did create what few opportunities arose before the break.

Jonny Evans blocked a shot from the otherwise subdued Richarlison and Jonjoe Kenny, one of the few pluses for Silva in place of Séamus Coleman, struck a post after connecting cleanly with Lucas Digne’s low cross through the Leicester penalty area. The full-back also set up Dominic Calvert-Lewin for a powerful header that flashed wide of Kasper Schmeichel’s goal.

Leicester threatened even less in the first half, despite receiving several invitations by the hosts’ careless distribution. A tame header from Evans was all that concerned Jordan Pickford in the Everton goal and Puel sought improvement by replacing Rachid Ghezzal with Marc Albrighton during the interval. Predictably, given the nature of a dire game, it was a mistake that provided the visitors with a cutting edge and not a change in personnel.


The Fiver: sign up and get our daily football email.
The breakthrough stemmed from a Schmeichel clearance that skimmed off the head of Theo Walcott and dropped to Keane midway in the Everton half. Under no pressure, the central defender produced a terrible first touch and gifted possession to Ricardo Pereira. Quality then made its belated appearance at Goodison. The Portuguese right-back, stationed on the left wing by Puel, sent Vardy through on goal with a perfectly weighted pass. The striker took full advantage of his only chance of the game with a low shot into the far corner.

Silva brought on Bernard and Cenk Tosun in an attempt to restore parity but, one shot and one header by the latter aside, Everton remained lethargic, unimaginative and lightweight. They could have been punished further when Vardy broke from another Keane mistake and the defender escaped a handball claim inside the area. Harry Maguire also volleyed over a Ben Chilwell free-kick from only three yards out. His blushes were spared somewhat by an offside flag, but that call was wrong too.

Asked about speculation over his position at Leicester afterwards, Puel replied: “That is not my concern. The most important thing is to show our quality as a team and a club. I am just a person who serves the club and I would like to continue to help the team and the players.

“Speculation, I cannot have an impact on this. The only thing for me is to continue my work. I love my squad and the young players. They gave their best today and we need to keep our focus because we want to perform and improve all the time. I repeat: it has been a good first half of the season. Seventh and the quarter-finals of the [Carabao] cup is not bad.”

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article