Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Algérie : le président Bouteflika ne rencontrera pas le prince saoudien

INB1

INB1

L’héritier saoudien Mohammed ben Salmane achèvera sans doute sa visite en Algérie sans rencontrer le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika. Ce lundi, la présidence algérienne a déclaré dans un communiqué que le chef de l’Etat n’a pas pu recevoir le prince héritier saoudien comme prévu en raison d’une “grippe aiguë”.

Depuis l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime en 2013, le chef de l’Etat algérien reçoit rarement les dignitaires étrangers. En février 2017, une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel avait été annulée à la dernière minute ; les services de la présidence évoquant une “bronchite aiguë”. Finalement, ce n’est qu’en septembre 2018 que les deux dirigeants ont pu échanger se rencontrer, à Alger.

>>> LIRE AUSSI : Rencontre Merkel – Bouteflika : cette fois, c’est la bonne
Visites controversées
Mohammed Ben Salmane, lui, est arrivé dans la soirée de dimanche dans une Algérie entièrement divisée sur sa visite. En amont de ce déplacement, en effet, des intellectuels, journalistes et oulémas ont ouvertement manifesté leur réprobation, en raison notamment de l’implication présumée du prince dans le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à l’ambassade de l’Arabie saoudite en Turquie.

En l’accueillant, “l’Algérie officielle ne risque-t-elle pas d’accorder une prime d’encouragement à la politique rétrograde de cette monarchie”, ont prévenu les signataires. Nombre de partis politiques de l’opposition ont par ailleurs pointé l’engagement de l’Arabie saoudite dans la guerre au Yémen qui fait de nombreux morts et suscite une crise humanitaire sans précédent dans ce pays.

Accueilli par le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, le prince Salmane qui s’est fait accompagner par une forte délégation, a placé cette visite sous le signe de la relance de la coopération économique et commerciale avec l’Algérie. Avant l‘étape algérienne, sa tournée en Afrique l’a conduit en Mauritanie, en Egypte et en Tunisie. Toujours au rythme de contestations.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

The Saudi heir Mohammed ben Salmane will no doubt complete his visit to Algeria without meeting the head of state Abdelaziz Bouteflika. On Monday, the Algerian presidency said in a statement that the head of state could not receive the Saudi Crown Prince as planned due to an "acute flu".

Since the stroke he suffered in 2013, the Algerian head of state rarely receives foreign dignitaries. In February 2017, a meeting with German Chancellor Angela Merkel was canceled at the last minute; the services of the presidency evoking "acute bronchitis". Finally, it was not until September 2018 that the two leaders were able to meet in Algiers.

>>> READ ALSO: Meeting Merkel - Bouteflika: this time, it's the right one
Controversial visits
Mohammed Ben Salman, he arrived in the evening of Sunday in an Algeria entirely divided on his visit. Upstream of this displacement, intellectuals, journalists and ulemas have openly expressed their disapproval, particularly because of the presumed involvement of the prince in the murder of Saudi journalist Jamal Khashoggi at the Saudi Embassy in Turkey .

In welcoming him, "official Algeria is not likely to grant a premium of encouragement to the retrograde policy of this monarchy," warned the signatories. Many opposition political parties have also pointed to Saudi Arabia's commitment to the war in Yemen, which has left many dead and is creating an unprecedented humanitarian crisis in that country.

Welcomed by Algerian Prime Minister Ahmed Ouyahia, Prince Salman, who was accompanied by a strong delegation, placed the visit under the banner of reviving economic and trade cooperation with Algeria. Before the Algerian stage, his tour of Africa took him to Mauritania, Egypt and Tunisia. Always at the rate of disputes.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article